hikikomoti-probleme-social-mental

Hikikomori : est-ce un problème social ou un problème mental ?

Au Japon, le phénomène hikikomori est considéré par le gouvernement du pays avec un mélange de mépris et d’inquiétude. Le fait de se couper totalement de tout contact social et humain pendant une période prolongée est une raison raisonnable de s’inquiéter, en particulier dans un environnement culturel et corporatif comme celui du Japon. Le phénomène fait toujours l’objet d’études approfondies, même si les sujets d’observation peuvent être difficiles à trouver en raison de la nature même du problème. Un hikikomori normal peut être presque difficile à contacter, sans parler d’être encouragé à se laisser observer par des professionnels de la santé mentale. Compte tenu de ce scénario, il n’est pas si facile d’obtenir des informations concrètes et de première main sur eux. Il existe une quantité suffisante de théories, couvrant à la fois les facteurs du développement de telles habitudes et les causes possibles de celles-ci.

Un problème encore méconnu

La plupart des gens pensent que le problème est principalement lié à une anxiété sociale grave, comme en témoigne l’acte de se couper de tout contact humain. Il existe des rapports contradictoires sur le fait de savoir si la personne associée à ce problème a encore ou non des contacts avec d’autres personnes par le biais d’Internet, bien que cela puisse être un aspect ou non, selon qu’il s’agit strictement d’anxiété sociale ou que d’autres facteurs ou problèmes sont impliqués. Sans aucun doute, il est trop facile de simplement spécifier que le problème hikikomori est enraciné dans l’anxiété sociale.

hikikomoti-probleme-social-mental
hikikomoti-probleme-social-mental

Un autre aspect potentiel, comme l’ont suggéré certains psychologues, est une forme aiguë de stress et d’anxiété liés à la performance, généralement accompagnée d’un sentiment de dépression face à l’état de l’économie japonaise. La plupart des cas d’hikikomori signalés au Japon proviennent de ménages de la classe moyenne. En théorie, un enfant qui hésite à ne pas répondre aux attentes de son foyer et qui, en même temps, sait qu’il n’a pas besoin de travailler réellement, provoque une forme d’anxiété de performance. Ce type de stress et d’anxiété les rend mentalement incapables de travailler. Ce scénario, combiné à l’anxiété liée à la situation économique et politique actuelle du Japon, peut même conduire certaines personnes à ne plus vouloir travailler.

Que dises les études aujourd’hui ?

D’après les éléments disponibles à ce jour, il est possible de supposer que cette situation est plus grave qu’on ne le pense, car il s’agit peut-être davantage d’un problème de santé psychologique que d’un problème social. Certains sont allés jusqu’à dire que le phénomène hikikomori pourrait être une toute nouvelle “race” de problèmes de santé mentale, bien que la plupart des psychologues et des sociologues contestent cette affirmation. Bien qu’il y ait très peu de conflit sur le fait que ce type de comportement est solidement ancré dans les problèmes de santé psychologique, beaucoup considéreraient comme une pensée extrême de présumer qu’il s’agit d’une condition entièrement nouvelle. C’est possible, bien qu’il n’y ait pas eu suffisamment d’études de première main sur ce comportement pour soutenir une telle affirmation.

De même, de nombreuses personnes ont affirmé que le phénomène hikikomori était dû à des éléments inhérents aux normes sociales japonaises existantes. L’argument selon lequel il existe des éléments ou des éléments de la façon dont la société japonaise s’attend à ce que les gens agissent et croient est fort, principalement parce que le problème a été signalé pour la première fois au Japon et porte un nom distinctement japonais. Il est prouvé que ce type de problème ne se limite pas au Japon, puisque des rapports sur des questions similaires apparaissent à Taïwan, à Singapour et en Chine. Il existe encore des aspects typiques entre ces pays, notamment le système éducatif, ce qui laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un élément culturel propre à ces pays. Des citoyens Français ont néanmoins déclaré avoir eu une expérience individuelle avec des hikikomori en France, affirmant que le problème n’était pas naturellement japonais ou est-asiatique.

Un diagnostic difficile mais ..

La difficulté de trouver l’origine du problème a également permis de découvrir des moyens de le réduire. Étant donné qu’il n’existe pas de preuve de l’existence d’une cause ou d’une autre, il a été difficile de déterminer si le problème pouvait être traité par une thérapie, des médicaments psychoactifs ou les deux. Tant qu’il n’y aura pas d’informations concrètes sur le problème des hikikomori, le développement de méthodes et de moyens efficaces pour aider les hikikomori à surmonter leurs problèmes restera lent. L’absence de sensibilisation et d’information sur ce trouble psychologique complexe a laissé de nombreux hikikomori isolés dans leur propre petit monde, envoyés en prison par le doute de soi et la peur du monde extérieur.

hikikomoti-probleme-social-mental
Seiya
Seiya

Je m'appelle Seiya, je suis passionné par la culture et la gastronomie Japonais, pays dont je suis originaire. Je suis venu en France avec ma famille, j''étais alors âgé de 4 ans. J'ai appris à cuisiner des plats traditionnels japonais avec ma maman et mes sœurs. Je suis marié avec une Femme Européenne qui partage l'amour de la gastronomie japonais avec moi. Nous avons une petit fille de 2 ans qui suit le même chemin que ses parents. N'hésitez pas à commenter mes publication et à m'encourager. Merci.